La Traviata (2013)

Amour ?  Espoir ? La vie de Violetta est un tourbillon de fêtes et de plaisirs fugaces. Elle est l’une des plus belles femmes de Paris, elle est courtisane et se sait condamnée par un mal incurable. Lorsqu’elle s’éprend d’Alfredo, un jeune homme qui l’aime sincèrement, ils décident de fuir à la campagne. Ensemble, ils créent une vie hors du temps et des réalités du monde. Leur bonheur ne durera pas. Au cours d’une entrevue secrète avec le père de son amant, Violetta choisit de renoncer à son amour pour sauver l’honneur d’Alfredo et des siens…
Interprété sur scène par 70 musiciens, choristes et chanteurs : plongez dans l’un des plus célèbres opéras jamais écrit !

Samedi 20 avril 2013 à 20h
Théatre de l’Atrium, Tassin la Demi-Lune
Version intégrale de concert avec mise en espace
Sous-titres français et italiens 

TARIFS :
Réduit (enfant, étudiant, retraité, demandeur d’emploi) : 18€ en prévente / 21€ sur place
Plein : 20€ en prévente / 23€ sur place

BILLETTERIE : tous les renseignements en cliquant ici

RENSEIGNEMENTS : ou 


      

 Gaétan Néel Darnas

Issu d’une famille d’artistes lyonnais, Gaétan Néel Darnas commence l’apprentissage de la musique par l’étude du violon aux Conservatoires de Villeurbanne et de Lyon avant de se perfectionner avec Marie Annick Nicolas et Nejmi Succari. Il débute également l’étude du cor d’harmonie.

Dès 1999, il est initié à la direction d’orchestre par Yves Cayrol et Jean Marc Cochereau. Jusqu’en 2007, il poursuit son apprentissage au Conservatoire de Dijon puis de Lille dans les classes de Jean Sébastien Béreau. Il débute sa carrière de professeur de violon dans les écoles de musique de la couronne lyonnaise et assure, pendant 7 ans, la direction de l’Ecole de Musique de Marcy l’Etoile & Charbonnière-les-Bains. Durant cette période, il co-fonde et dirige ECOLY, un orchestre transversal entre plusieurs écoles de musique de l’Ouest lyonnais.

Animé par le désir constant de rassembler les talents, il fonde l’Orchestre de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon en 2008 puis le Sweet Orchestra [in Lyon] en 2010, deux ensembles dont il assume la direction artistique et musicale. Sa curiosité musicale le conduit à créer plusieurs œuvres de jeunes compositeurs tels que Jean Philippe Ichard et Sophie Dufeutrelle.

Sa passion pour le chant, la voix et l’opéra l’amène à rencontrer Jean-Marie Curti, directeur musical de l’Opéra Studio de Genève, dont il devient assistant en 2010 et en 2011 dans le cadre de l’Académie Europa Musa. Parallèlement, il dirige le choeur amateur Piccolo Coro depuis 2008.

Il est actuellement coordinateur du département Diffusion et pratiques collectives au sein du Conservatoire de Musique, Danse, Art Dramatique et Arts plastiques de Sainte Geneviève des Bois (Essonne) où il dirige, chaque semaine, une quinzaine d’ensembles instrumentaux de tous niveaux. Au fil des années, ses expériences lui ont permis de jouer dans divers pays européens (Allemagne, Autriche, République Tchèque, Italie, Suisse, Espagne et Portugal) et en Chine.

  Marie-Camille Vaquié

Après des études de Chinois et des études littéraires en Faculté de Lettre moderne, Marie-Camille Vaquié fait sa formation musicale au Conservatoire de Lyon. Elle fait ses premiers pas sur scène au chœur du Grand-Théâtre de Genève sous la direction de chefs les plus fameux, parmi lesquels : A. Jordan, M. Plasson, E.Pido, J. Nelson… Puis elle intègre l’Opéra Studio de Genève où on lui confie d’abord des rôles tels qu’Annina, puis Berta, Gilda ou Konstanze…

En 2008 Jean-Claude Malgoire la choisit pour la partie de soprano de la Missa Solemnis de Neukomm pour une série de concerts qui ont donné lieu à un enregistrement (Label K617). Il la sélectionne en 2010 pour doubler Véronique Gens dans le rôle de Donna Elvira à Tourcoing et au Théâtre des Champs-Elysées, et lui demande d’assurer plusieurs représentations.

Marie-Camille a également entamé une collaboration suivie avec l’Opéra Royal de Wallonie où elle a été engagée pour le rôle de la Lune dans « Ne criez pas au loup!» de R. Sargenti (rôle repris à l’opéra de Rouen en 2012, dir. O. Sallaberger) puis pour le rôle de Mimi dans Bohème (dir. F. Santi, version de l’opéra de Puccini destinée aux jeunes).

Pour la rentrée 2012, c’est également à la demande de la direction de l’Opéra Royal de Wallonie qu’elle a chanté le rôle de Lisbeth pour la « re-création » d’un opéra de Grétry sous la direction de Patrick Davin, puis Musetta (Bohème de Puccini) sous la direction de Luc Baghdassarian à Genève puis sera Elvira (L’italienne à Alger de Rossini) sous la direction de D. Belardinelli à Neuchâtel, chantera les saisons de Haydn sous la direction de Sébastien Brugière au Victoria Hall de Genève et également le Stabat Mater de Dvorak sous la direction de Gonzalo Martinez. Outre les concerts d’oratorio, elle commence aussi à consacrer une partie de son activité au travail de la mélodie et du lied et prépare des concerts.

 Thierry de Marcley

D’abord dans le monde professionnel “traditionnel”, ce n’est qu’en 2006 que Thierry de Marcley commence sa carrière de chanteur et fait sa formation au Conservatoire de Lyon.

Il fait ses premières apparitions sur scène dans les chœurs de l’Opéra de Lyon, puis, on lui confiera des doublures pour des rôles du répertoire dans de grandes maisons d’opéra (Don José à l’Opéra de Lille, le Requiem de Verdi…)   et enfin des rôles. 

Depuis 2007 il incarne des personnages aussi divers que Piquillo dans ‘La Périchole’, Tamino dans ‘La Flûte enchantée’, Gontran dans ‘Les mousquetaires au couvent’, Don José dans ‘Carmen’, le King Arthur etc.

Il chante également en concert Mozart, Haydn, Saint-Saëns, Verdi, La petite messe solennelle de Rossini, La Missa di Gloria, Le Roi David, et il donne également de nombreux récitals.

Il a chanté récemment à l’Opéra de Lyon dans des extraits de ‘Turandot’ de Puccini, La Missa di Gloria de Puccini, dans ‘Rigoletto’ de Verdi à Genève, puis en Suisse, à Bâle, dans ‘Le roi David’ d’Honneger, Gérald dans ‘Lakmé’, ‘Carmen’, le Requiem de Verdi, l’Oratorio de Noël de Saint-Saëns à Lausanne et Genève.

Il interprétera prochainement le 1er Prêtre dans ‘Le prisonnier de dalla Piccola’, Alfredo dans ‘La Traviata’, puis Roméo dans ‘Roméo et Juliette’ de Gounod à Bourq en Bresse.

 Bardassar Ohanian

Natif de Valence, il se tourne vers le chant après avoir commencé ses études musicales par le piano. En 1987, il couronne son cursus en obtenant la Médaille d’Or et le Prix d’Excellence à l’ENM de Romans. Par la suite, il est lauréat de nombreux concours (Deuxième Prix du Concours Milhaud à Marseille, Prix d’opéra à Marmande, Prix UFAM d’Honneur, Prix d’Honneur du Concours Léopold Bellan à Paris, Finaliste du Concours International Lyrique Colzani de Budrio (Italie) et Finaliste de Concours d’Opéra Mezzo TV Opéra Bastille et à Szeged en Hongrie).

En 1993, il chante le Divo dans la création d’un opéra russe (direction M. Rostropovitch, mise en scène M. Pokrovsy). Il interprète ensuite à plusieurs reprise le Figaro dans « Le Barbier de Séville » de Rossini : en 1994 dans une tournée nationale avec l’Opéra de Chambre de Paris (direction : A. du Clauzel), entre 1997 et 1999 lors d’une grande tournée sur les Scènes Nationales de France, d’Allemagne et de Suisse avec l’Opéra-Théâtre de Lyon puis au Festival d’Avignon (mise en scène : A. Fornier). Cette dernière année, il aborde aussi le rôle-titre du « Don Giovanni  » de Mozart (direction : Mr Siranossian).

Entre temps, il interprète le Comte Almaviva dans les « Noces de Figaro » de Mozart en 1995 avec l’Orchestre de l’Opéra de Prague (mise en scène : M. Mary) puis en 2004 avec l’Opéra-Studio de Genève (direction : J-M. Curti). L’année 2005 sera riche d’autres expérience : il chante Noé dans « Noé et le Déluge » de B. Britten avec la Scène Nationale de Villefranche, Germont dans « La Traviata » de Verdi avec le Théâtre National d’Erevan en Arménie (mise en scène : G. Grigorian, direction : M. Assadrian) et enfin, « Don Quichotte » dans la création musicale et théâtrale pour soliste baryton sur le film inachevé d’Orson Welles (texte : J-C. Carrière, direction : R. Tricarri) qui sera donné au Printemps des Comédiens à Montpellier, à Nîmes, à la Comédie de Valence, à la Coursive de La Rochelle et à l’Opéra de Nantes.

En 2007-08, il entame une tournée nationale et internationale autour des « Folies d’Offenbach » avec les Percussions de Lyon (mise en scène : J. Lacornerie, direction : B. Tétu). En 2010, il chante le Pandolfe de « Cendrillon » dans l’opéra de Massenet, à l’Opéra-Comique de Paris puis le rôle d’Amonasro dans « Aida » de Verdi au sein du festival de Brou 2010. En 2011-2012, il est Barbe-Bleue dans « Douce et Barbe Bleue » d’I. Aboulker, dans une mise en scène de JR. Vesperini et sous la direction de K. Locatelli à l’Opéra de Lyon.

 Piccolo Coro

L’ensemble Vocal Piccolo Coro voit le jour en 1996 grâce à l’initiative de Michelle Bérod, lauréate du Conservatoire de Lyon et qui en assure la direction pendant 12 ans. Il est constitué d’une base de 16 personnes, alliant amitié et amour de la musique et du chant.

Son répertoire varie du baroque (sacré et profane) au romantisme et au sacré : Miserere d’Allegri, Magnificat de Vivaldi et de Pergolèse, Requiem de Mozart (donné à 3 reprises à Lyon, en 2006, 2008 et 2012), Gallia et les Sept paroles du Christ de Gounod, Jephté de Carissimi … et fait également quelques incursions dans un répertoire plus festif et récréatif, autour notamment des « plaisirs de la table », où Offenbach est souvent invité.

Piccolo Coro donne des concerts dans de nombreux endroits de la région : Ars en 2000, Sourcieu en Jarrest à plusieurs reprises, Belley en 2004, St Sorlin de Morestel, Corbelin, Ecully en 2006 et à Lyon (Ainay en 1998 et 2009, St Denis de la Croix Rousse en 2008, St Bonaventure en 2006 et 2012)…. De nombreux concerts ont été donné en harmonie avec d’autres chœurs tels que l’ENS de Lyon, le Madrigal de Lyon, Orphélia, la Chorale de Sourcieu en Jarrest … Des échanges avec des chœurs étrangers ont également enrichis l’expérience des choristes, en 2001 avec l’Ensemble Vocal « Recercare » de Milan en Italie et en 2004 avec l’ensemble « Metrum » de Gnevsko en Pologne.

Passionnée de chant, Michelle Bérod avec le soutien de l’Ensemble Vocal, aime à inviter des jeunes artistes à se produire avec le choeur. Des collaborations ont ainsi vu le jour avec : Emmanuel Ceysson (Harpiste , Médaille d’or du Conservatoire de région), les trompettiste David Guerrier (Médaille d’Or du CNSM de Lyon) et son maître Pierre Dutot, trompettiste de renommée internationale, le violoniste Ruslan Douissembekof, les Soprani : Marion Grange, Amélie Grillon, Anna-Mayeul de Soras et un jeune violoniste, Gaétan Néel Darnas à qui Michelle Bérod laisse la direction de l’Ensemble Vocal en avril 2009. Sous son impulsion, le chœur donne plusieurs concerts à Lyon et Prague en avril 2012 et créera La Traviata en 2013.